Les Ballets de Monte-Carlo dansent avec Maurice Ravel

Chorégraphie : George Balanchine, Jean-Christophe Maillot

Distribution : Les Ballets de Monte-Carlo

Musiques : Maurice Ravel

ph.Alice Blangero

Un nouveau programme est présenté par les Ballets de Monte-Carlo dans le cadre du Monaco Dance Forum du 20 au 23 décembre 2023.  Une création de Jean-Christophe Maillot, l’Enfant et les sortilèges, d’après le livret de Colette et sur les musiques de Maurice Ravel créées en 1925, marque les Célébrations du Centenaire de la naissance de S.A.S le Prince Rainier III

Le chorégraphe, s’était déjà confronté à l’œuvre du musicien français en 1992, mais il propose cette année une toute nouvelle création de grande ampleur, qui voit la participation de 240 artistes entre les artistes chorégraphiques, l’Orchestre Philharmonique, Les Chœurs de l’Opéra de Monte-Carlo, une Académie de jeunes chanteurs créée spécialement pour cette occasion par Cecilia Bartoli, et enfin Le Chœur d’enfants de l’Académie Rainier III. 
L’idée est sans doute de créer une œuvre totale où danse, chant et théâtre se mélangent pour fasciner le public.

Le spectacle emmène le public dans un voyage imaginaire capable de le captiver grâce aux mouvements des danseurs, aux vois des chanteurs, à la scénographie et aux costumes colorés et créatifs de Jérôme Kaplan, qui par ailleurs avait créé les costumes en 1992.

Certes, le texte de Colette est suivi à la lettre : l’enfant paresseux envahit la scène dès la première minute avec sa marinière et ses pantalons noir ; sa maman est là pour lui reprocher sa fainéantise. Par la suite, il est en envahi par tous les personnages qui vont animer son quotidien, ou si l’on peut hasarder une vision psychanalytique, son inconscient.

Jean-Christophe Maillot aurait pu utiliser la pantomime pour rendre, peut-être, de manière plus compréhensible l’argument. Mais ce n’était pas la peine : avec ses qualités reconnues de chorégraphe, capable d’inventer des univers à la frontière entre le réel et l’irréel qu’il puise dans son vaste imaginaire, il crée une gestuelle fluide, prégnante ; sa perception de l’espace scénique permet de construire une pièce où le public est toujours captivé.

En outre, il n’est pas question pour cette création d’utiliser un langage technique pointu, dont par ailleurs les danseurs des Ballets de Monte-Carlo sont parfaitement dotés, mais plutôt de rechercher un geste qui soit le plus parlant et expressif possible, tout en restant minimaliste et libre de tout schéma.

C’est ainsi qu’on reste émerveillé et touché par l’histoire et par les figures imaginaires qui défilent sur scène, notamment les tasses, les libellules, la princesse, les grenouilles, l’écureuil, habillées de costumes qui font rêver  et qui contribuent à donner, dans une certaine mesure, un aspect féerique à la pièce. Chacune d’entre elles transmet son énergie vivante et, avec la diversité de leurs natures, elles réveillent l’âme de l’enfant.

Cette création reste tout au long de son développement imprégnée de fraîcheur et de légèreté, en cherchant à transmettre la valeur initiatique de ce voyage imaginaire. L’enfant rebelle est obligé de se confronter à la symbolique de tous les personnages qui l’ont effrayé et surpris, tout en essayant de s’échapper. Il ne lui reste qu’à prononcer le mot « Maman » avec tendresse… en l’appelant et en oubliant le passé.

ph.Hans Gerritsen

La soirée s’est ouverte avec un hommage à George Balanchine avec son ballet La Valse (1951), où le chorégraphe américain souhaitait célébrer cette forme de danse tombée en désuétude. Il choisit les Valses Nobles et Sentimentales et La Valse de Maurice Ravel. Il s’agit d’une pièce sombre du répertoire bien que l’esthétique très formelle de la pièce pourrait faire croire le contraire. Les splendides lignes, surtout dans les arabesques et l’élégance des danseurs des Ballets Monte-Carlo valorisent la chorégraphie qui évoque les fastes de la Cour Impériale de Vienne.

Si la musique de Maurice Ravel est le dénominateur commun de la soirée, malgré les styles différents qui caractérisent les deux ballets, ce qui émerge de ce programme est la vision artistique de deux grands chorégraphes qui ouvrent l’imaginaire du public, en rendant à la danse toute sa valeur.

Monaco, Salle des Princes Grimaldi Forum, 20 décembre 2023

Antonella Poli

Rétrouvez les Ballets de Monte-Carlo : 

  • 30, 31 décembre 2023 et 2, 3, 4 janvier 2024 – Salle des Princes Grimaldi Forum : Carmen de Johan Inger;
  • du 24 au 28 avril 2024 – Salle des Princes Grimaldi Forum : Soirée «To The Point(e)» avec un triptyque composé par : Within the golden hour de Christopher Wheeldon; Vers un pays sage de Jean-Christophe Maillot; Autodance de Sharon Eyal. 

 

 

Partager
Site internet créé par : Adveris